MARBLE SOUNDS « Dear Me, Look Up »

Zeal Records, 2013

ROCK POP.. INDIE

XM157W (Disponible au PointCulture mobile N° 1)

Marble Sounds Dear Me Look Up PointCulture mobile 1Sorti chez Zeal Records, cet album suit la trace de Isbells en empruntant le côté électrifié de ce dernier. Originaire de Leuven, l’ensemble pourrait sans problème revendiquer des origines van Brugge. Tout est délicat, mid-tempo parsemé d’interventions de violon, rares mais efficaces : de la dentelle. À aucun moment le rythme n’est pris en défaut. La superposition des instruments couche après couche rend un effet de plénitude. Les compos ont été travaillées et sauront se glisser à merveille dans un set live. Les progressions d’accords s’enchaînent subtilement et se terminent sur chaque plage en version instrumentale : du cousu main pour un concert.

Pieter Van Dessel (chanteur), Gianni Marzo et Christophe Vande Woude (également actif dans Isbells ), Johan De Coster et Frederik Bastiaensen sont fortement inspirés en termes de son par Kings of Convenience avec, comme marque de fabrique, un véritable penchant pour la mélancolie. ..

Un combo qui reprend le superbe morceau Ship In The Sand de Robin Propper-Sheppard (Sophia) et en exhausse l’écriture, tire vers le haut les critiques des chroniqueurs professionnels. Un pas de géant vers la reconnaissance et le succès vient d’être franchi. Dessel, avec son duo Plastic Operator, avait déjà marqué par ses prestations scéniques le petit monde underground électro.

Dans son nouveau collectif, la tendance électro s’estompe sans disparaître et donne libre cours à une pop sucrée avec un zeste de tristesse sur un mode mineur mélodiquement. Affaire à suivre. YO

(Disponibilité de ce CD)

SOLDOUT «More»

Flatcat Recordings, 2013

ROCK    MUSIQUE ELECTRONIQUE / ELECTRO POP

XS566V (Disponible au PointCulture Mobile N° 1)

SOLDOUT_MoreTroisième album d’un des groupes-phare de l’électro belge, More prend distance de ses influences Front 242 et de sa new beat.

Cuts, leur deuxième album, avait connu un accouchement difficile. Avec cette nouvelle progression rassemblée sur neuf titres par notre couple chico bruxellois, les dés sont jetés. De leur propre aveu, ça passe ou ça casse.

Charlotte conserve sa créativité électro bien éloignée de sa formation musicale classique. Sa seconde moité, David Baboulis, transforme et manipule avec dextérité la recherche sonore et le mix.

Sur des chansons claires comme de l’eau de roche, Soldout se lance dans des contrées plus pop en conservant un œil dans le rétro côté dancefloor. La voix de Charlotte fait face aux intempéries, elle se fait plus présente dans l’expression tantôt violente tantôt mélancolique de la relation amoureuse. Fragilité et douceur accompagnent avec nuances chaque titre de leur dernier né.

Le duo puise son inspiration dans l’art en général, la vie quotidienne, les relations amicales. A première vue, leur ressource ne semble pas manquer de matière à exploiter et à transposer en musique. On leur souhaite un quatrième après ce troisième. YO

(Disponibilité de ce CD)

DIDO « Girl Who Got Away »

Sony Music, 2013

ROCK MUSIQUE ELECTRONIQUE POP

XD526P (Disponible au PointCulture Mobile N° 1)

dido girl who got away PointCulture Mobile 1La voix aux origines de Faithless a su tailler sa route. Son caractère empreint de liberté a ouvert bien des chemins parsemés de collaborations fructueuses et de succès. Les cinq années écoulées loin de la scène lui ont permis de donner naissance à son premier enfant.

Issue d’un milieu culturel littéraire, elle choisit pour nom de scène Didon, la reine fondatrice de Carthage, et la référence à cette mythologie n’est pas anodine.

Rollo (Faithless), son frère tel Pygmalion, semble trop présent au début de sa carrière et la poussera à s’exiler aux Etats-Unis pour entamer son propre parcours.

Ce nouvel album, un florilège d’influences électro pop et de clins d’œil au passé musical de l’artiste, est mis en boîte par les producteurs Jon Brion et Brian Eno. La synthpop du dernier cité accapare toute la réalisation. Ce chant ne fait que magnifier dans cet exercice de style, si particulier à ce personnage troublant qu’est Dido.

La texture vocale et les chaînes de caractères des paroles collent parfaitement à sa musique. Sa vision de l’amour imparfait reste présent, une nécessité absolue de délivrance. Un constat qu’elle a posé, d’où la nécessité de continuer de l’avant, un retour mûrement réfléchi. YO

(Disponibilité de ce CD)

SIR YES SIR « We Should talk »

Emi Belgium, 2013

ROCK POP

XS419E (Disponible PointCulture Mobile 1)

sir_yes_sir_we_should_talk bus_pointcultureTijs Delbeke, que les amateurs de musique connaissent de Dez Mona, s’est entouré de quatre artistes particulièrement doués pour mettre sur les rails son nouveau groupe.

Vous prenez la lampe à huile d’Aladin dans laquelle vous versez du Radiohead, Wilco et un zeste de Jeff Buckley, vous frottez et vous obtenez un superbe breuvage que l’on a appris à réaliser en Belgique.

Enregistré dans le studio La Chapelle de Waimes, en plein cœur de nos Ardennes, cet élixir, avec la voix rauque de Delbecke et les riffs de guitare soignés aux petits oignons, est aussi bon que la potion magique de qui vous savez.

L’Anversois, en véritable passionné de musique, a participé entre autres avec Dez Mona, le Ellen Schoenaerts Quartet et Roosbeef, a accordé dans le passé récent ses services à Liesa Van der Aa, et a, entretemps, trouvé le temps pour ce premier album.

Guitare : Tom Veugen est né le 12 Octobre 1986 à Genk, en Belgique. Il lui a fallu 15 ans pour comprendre que «musique» serait le mot clé dans sa vie. Après trois ans au Conservatoire d’Anvers pour étudier le jazz, il a découvert que ce n’est pas tout à fait son genre et a décidé de passer à l’Académie Fontys Rock.

Basse : le jeune et talentueux Dries Lahaye est souvent associé à Nicolas Thys, professeur de basse au conservatoire de Gand. Ils ont réalisé ensemble Virgo, un disque lumineux, paru chez Pirouet.

Clavier et saxo : Alban Sarens aux influences jazz très prononcées.

Batterie : Dave Menkehors.

Pourquoi chercher ailleurs, nous les avons sous la main. A déguster sans modération. YO

(Disponibilité de ce CD)

David BYRNE & ST. VINCENT «Love This Giant»

4AD, 2012

ROCK ..ART-POP ..PROG POP

XB992O (Disponible au Discobus 4)

BYRNE-CLARK ou E=Mc²

Né en 1952, David Byrne est un membre fondateur du groupe de l’Américan New wave Talking Heads. Ses formes d’expression artistique sont très variées: photographie, opéra, participation à la bande sonore de plusieurs films, en particulier pour Le Dernier Empereur.

Annie Erin Clark (née le 28 septembre 1982) est mieux connue sous son nom de scène: Saint- Vincent. Elle a commencé sa carrière musicale en tant que membre de The Polyphonic Spree et faisait également partie du Sufjan Stevens Band en tournée avant de former son propre groupe en 2006.

Clark a travaillé avec: Andrew Bird , Jolie Holland , John Vanderslice , Xiu Xiu , Death Cab for Cutie , Cristina Donà et Grizzly Bear . Elle a coécrit avec Bon Iver la chanson Roslyn, qui figure sur la bande originale du film de The Twilight Saga: New Moon.

L’équation résolue de deux univers diamétralement opposés par deux artistes aux influences fusionnelles est menée à terme. Le résultat final est troublant par la manière de greffer des programmations modernes, mais aussi des grooves funk, des segments pop ou des lignes classiques dans les théorèmes de base du calcul savant. Son élégante dimension orchestrale et sa pop atypique, où rien n’est forcé, font de la réalisation de ces deux artistes une musique vivante et accrocheuse, sur laquelle ils s’échangent le micro ou se le partagent de manière dosée.

La théorie de la relativité est respectée. L’un et l’autre tourne autour de la musique en respectant l’orbite gravitationnelle respective. YO

(Disponibilité de ce CD)

Glen CAMPBELL « Ghost On The Canvas »

ROUTE 66

MUSIQUE DU MONDE USA ..COUNTRY

NOUVEAU MEXIQUE : Étape d’Albuquerque

Membran, 2011

MB0036 (Disponible au Discobus 4)

Il est toujours triste d’apprendre qu’il s’agit du dernier album d’un artiste toujours vivant.

Ça laisse un goût de regrets anticipés, presqu’une nécrologie écrite avant l’heure. Et des questions aussi (S’il en avait fait un de plus, serait-ce un chef-d’oeuvre?)

Avec Ghost On The Canvas, Glen Campbell met fin à sa carrière. Et quelle carrière ! 76 ans, dont 50 comme chanteur country, guitariste, acteur et animateur de télévision, 70 albums, 4 Grammy Awards, un Golden Globe, son intronisation au Country Music Hall Of Fame, …

Alors, avant qu’Alzheimer n’emporte sa mémoire, Glen s’est entouré de collaborateurs de choix, comme Jakob Dylan (fils du Bob), Chris Isaak ou Bill Corgan (Smashing Pumpkins). Et il sort un album d’une production impeccable et à l’instrumentation délicate ; dix chansons mélodieuses mettent en avant sa voix étonnamment jeune et claire et se relient les unes aux autres par de courts instrumentaux un peu aériens.

Dès le premier titre, A Better Place, on entre dans la nostalgie et les souvenirs. Sur des arpèges à la guitare et une voix toujours assurée, les paroles tombent comme un couperet : « J’ai essayé, j’ai échoué… j’arrange le passé à ma façon … un meilleure place attend ».

La suite de l’album se veut tantôt plus énergique, passant de la pop au rock, tantôt plus tendre, comme l’agréable Hold On Hope.

Mais trois chansons harmonieuses et touchantes émergent vraiment. Ghost On The Canvas est une ballade country mélancolique et poigante (« Je connais un endroit entre la vie et la mort pour vous et moi… »). Any Trouble jouit d’une mélodie positive, qui évoque un peu celles de John Denver. Enfin, There’s No Me.. Without You est un bijou de tendresse et d’amour, une ballade ‘slow’ qui se prolonge avec un plaisir incroyable sur des solos alternés de guitares – on voudrait que ça dure encore vingt minutes de plus…

Avec Ghost On The Canvas, Glen Campbell tire sa révérence avec classe et émotion. DM

(Disponibilité de ce CD)

Jessie WARE «Devotion»

Island, 2012

POP ..SYNTHPOP.. R&B

XW140R (Disponible au Discobus 4)

Jessica Lois « Jessie » Ware, née en 1984, signe sur le label Island : Evanescence, Tom Waits, The Killers, Tokio Hotel, PJ Harvey, Usher, Mariah Carey, Mika ou encore Justin Bieber. La voix de SBTRKT(prononcé subtract, le projet de Aaron Jérome musicien et producteur de Londres reconnu par ses remix de M.I.A, Radiohead, Modeselektor, Basement Jaxx, Mark Ronson, Underworld) se devait de tenter l’essai d’un album solo.

Une reconnaissance rapide jusqu’en début de cette année, qui a abouti à la sortie du magnifique Running sous son propre nom, produit en partie par Julio Bashmore. Décrite comme la ligne manquante entre Adéle, SBTRKT et Sade, Ware se distingue.

Devotion est le genre de musique pop soul qui débarque dans les bacs trop rarement. Sans évacuer le down-tempo, la nouvelle brit soul maitrise le sujet en y apportant une élégance, une sensualité calculées. Tout se décline dans la juste mesure des intonations.

L’album, qui s’inscrit dans le nouveau mouvement de jeunesse incarné par Adèle ou Emeli Sande, parvient à éviter le piège de la redondance. Il fonctionne par la magie et l’expression individuelle d’une artiste qui ne s’attendait pas à devenir une pop star. YO

(Disponibilité de ce CD)