ELECTRIC ELECTRIC «Discipline»

Africantape Records, 2012

ROCK MATH ROCK / NOISY ROCK

XE301K (Disponible au PointCulture Mobile N° 1)

Electric Electric Discipline PointCulture Mobile 1Pour ce trio alsacien, depuis ses débuts, les concerts font l’objet d’attentes frénétiques.

Les voix sont les dernières traces d’humanité au sein de cette machinerie rutilante, chronique de paysages post-industriels, violents et hantés. Des compositions tortueuses et complexes qui restent diaboliques et convergent vers des saccades de transe.

Les Américains de Battle qui peinent à se renouveler devraient passer en boucle cet ouvrage qui repousse les limites du possible. Dés les premières impulsions de cet opus, on est happé dans la folie débordante de ces phénomènes français.

Ce groupe réussit l’union de la maîtrise instrumentale et du choc physique, de la sensibilité mélodique et de l’appétit de destruction. Quatre années de travail assidu (Discipline) ont donné existence sur un support studio de la pure technique (qui s’imprime ici au registre de la nuance). L’industriel tourne à plein régime sous l’apparence trompeuse de flottement sur de grands mouvements électrifiés. Dans ce parcours radioactif résonne une voix fantomatique qui pourrait bien être celle de tous les ouvriers sacrifiés de l’ère post-industrielle, forçats du démantèlement de centrales et d’usines dés le départ dépassées.

A tout le moins, Electric Electric confirme le revival de la scène free rock française parvenue à maturité, mais toujours aussi discordante. YO

(Disponibilité de ce CD)

HERMAN DÜNE «Mariage A Mendoza»

Green United Music, 2013

ROCK MUSIQUE DE FILM

XH499H (Disponible au PointCulture Mobile N° 1)

herman dune mariage a mendoza PointCulture Mobile N° 1Parisien d’origine, le groupe se composait d’une fratrie. André quitte l’embarcation en 2006 et laisse le gouvernail à ses deux frères, auteurs de compositions à foison.

La bande originale du film Mariage à Mendoza d’Édouard Deluc leur est confiée. Pour l’occasion, on reste en famille avec l’adjonction de la sœur aux chœurs.

En symbiose totale avec le scénario du film, l’album parcourt en une vingtaine de morceaux taillés aux couteaux l’expression mélancolique des paysages argentins.

Guitares spatiales et guitares flamenco exhalent leur texture sur des ambiances mélancoliques ou sur de jolies ritournelles.

La voix reconnaissable de David Ivar joue sans difficultés dans les différents registres abordés. Enjouée, gaie, mélancolique, elle fonctionne à merveille sur chaque plage chantée. Respectant les grands préceptes des écritures de BO élaborés par Morricone, les frangins ont respecté leur cahier de charges avec conviction. Agréable et sautillant. YO

(Disponibilité de ce CD)

..

DURIF – CHAMPEVAL « Dans les rochers du Viallanex »

Cinq Planètes, 2012

MUSIQUE DU MONDE.. FRANCE ..CENTRE

MP4710 (Disponible au Discobus 4)

durif_champeval_dans_les_rochers_du_viallaneix discobus4Longtemps, la tradition musicale française a été reprise, transformée, électrifiée, fusionnée aux musiques du reste du monde, réinventée maintes fois, galvaudée, ridiculisée aussi, jouée par des puristes, des folkeux ou des rockers. Et quand la tradition a disparu des campagnes, quand le folk s’est essoufflé dès les années 80, il a fallu recréer une musique qui s’en inspirait, plus attachée à ses interprètes et plus personnelle.

Marqués par la pratique des anciens violonneux du Massif Central, Olivier Durif et Jean-Pierre Champeval unissent leurs cordes pour nous transmettre la fraîcheur de leurs sons, des airs traditionnels vivants, ré-oxygénés, sans viser la reproduction, mais plutôt un habile mélange de sonorités que leur achet a éveillées.

L’album ouvre son univers avec Le sorcier de Chadebech, bourrée du Mardi-Gras, qui résonne comme un traditionnel suédois, dessinant les grands espaces du centre de la France. Un instrumental ensorcelant et enveloppant, certainement grâce aux sonorités particulières ajoutées par Laurent Rousseau : gravier à béton, capteur dentaire, gong agricole, …

Le duo réitère cette polyphonie obsédante marquée par des « salves d’archets au tempérament fougueux » (Doum Doum, Los Faures,… et Transhumance). Ils ménagent toutefois quelques pauses originales, a capella ou sifflées.

La danse reste présente au fil des titres : bourrées, valses, scottishes, marches rythment le jeu polyphonique de ces cordes frottées. Mais la danse n’est pas l’argument principal de ces enregistrements ; la musicalité prime.

On peut bien sûr écouter l’album d’une traite, sans déglutir. Mais gare à l’indigestion de cordes. Trop de violons peut nuire à l’enchantement. Préférons la dégustation. A petites doses. Pour mieux nous en imprégner. DM

(Disponibilité de ce CD)

David FOENKINOS « La Délicatesse »

Images & Visions,2011 France

CINEMA COMÉDIE ROMANTIQUE

VD7605 (Disponible au Discobus 4)

avec Audrey TAUTOU, François DAMIENS, Christophe MALAVOY

Peut-on retrouver le bonheur et l’amour après la mort d’un conjoint avec qui tout était parfait ?

La vie de Nathalie bascule quand elle perd son mari. Elle perd le goût de la vie et de l’amour.

Elle se consacre alors davantage à son travail et arrive à se hisser à un poste plus élevé, sans doute grâce à son patron, un harceleur dont elle repousse régulièrement les avances.

Un jour, sur une soudaine impulsion, elle se lève de son bureau et va embrasser fougueusement Markus, un obscur subalterne qui venait lui demander un renseignement. Un baiser qui bouleverse et effraie ce célibataire timide au physique un peu lourd, flanqué d’un grand corps sans style aux pulls affreux et à la figure assez insignifiante et sans charme.

Une relation amoureuse va pourtant naître, doucement, lentement, malgré les interrogations ou la réprobation des collègues et des amis. Markus se révèle plein d’humour, de gentillesse et de… délicatesse.

Audrey Tautou y est brillante, pleine de vie et de fraicheur, jouant un rôle presque taillé sur mesure. Son joli visage, toujours angélique, exprime à la fois la fragilité et la détermination; un atout qu’elle utilise habilement pour interpréter avec justesse les deux parties du film.

François Damiens abandonne ici le comique un peu vulgaire de ses caméras cachées et les rôles quand même plus nuancés de ses précédentes comédies. Un François Damiens à contre-emploi révélant sa face tendre, douce et touchante. Peu bavard, un peu gauche, il joue la gentillesse

Romancier à succès, David Foenkinos a sorti son livre, qui est devenu rapidement un best-seller alors que le film était en tournage. La première partie réunit des personnages en symbiose, beaux, jeunes, amoureux, parfaits. Dans la deuxième partie, le scénario exploite davantage l’opposition : la belle et le laid, la pétillante et le discret, la fine et le grand fort… Comme tout premier film, celui de Foenkinos est un peu maladroit mais touchant de simplicité et de finesse. Avec une bande-son soignée, signée Emilie Simon.

Un plaisir de revoir Audrey quand François l’embrouille.  DM

(Disponibilité de ce CD)

CASTANHA E VINOVEL « Castanha é Vinovèl »

Castanha é Vinovel, 2009 

MUSIQUE DU MONDE FRANCE OCCITANIE

MP4710 (Disponible sur demande)

Le bonheur, c’est le plaisir sans remords (Socrate)

Dans le Biterrois, la région du Sud Ouest de la France autour de la ville de Béziers, on est connu pour son vin et son plaisir de vivre. Certainement est-ce pour cette raison que ces deux musiciens se sont appelés Castanha é Vinovèl (Châtaigne et Vin nouveau).

Jean-Brice Viétri (Castanha) joue de la vielle à roue tandis qu’Alain Beurrier (Vinovèl) joue de l’accordéon chromatique.

Leur album présente une série de danses toutes aussi gaies et plaisantes les unes que les autres. C’est la bonne humeur qui prime ici, la vie simple et authentique, où, après une journée de travail, on laisse les musiciens nous faire danser, tourner, sautiller, dans les bras d’une brave fille ou d’un chouette gars, et nous emmener boire un verre et manger à la bonne franquette.

Tous les airs à danser sont en occitan, cette langue qui chante si agréablement à nos oreilles. Scottish, mazurka, bourrée, polka, rondeau, branle, cercle circassien, farandole, tout est voué au bal. Et pour ceux qui ignorent les pas, ils se produisent avec Lucette qui initie le néophyte.

La musicalité de leur répertoire occitan se remarque dès les premières notes, on se prend à fredonner quelque chose qui ressemble à « lève la couette » dans Venetz joinetas  ou « la crème à la vanilha » dans La paura filha.
A l’ombreta ressemble à la chanson enfantine C’est Gugus avec son violon. Il nous manque juste les paroles pour les accompagner lors des veillées.

Populaires et d’une écoute facile, ces rengaines dansantes pourront animer vos bals folks, ou tout simplement vous égayer un bon moment. DM

(Disponibilité de ce CD)

Alan STIVELL « Ar Pep Gwellan – Le Best Of »

Mercury Music, 2012

MUSIQUE DU MONDE  FRANCE BRETAGNE

MP3471 (Disponible sur demande)

Avant, il y avait les bigoudènes, le biniou et les bombardes. Après il y aura Matmatah, Merzhin, Manau et Nolwenn Leroy.

Entre les deux, naît un formidable mouvement de folk revival, fidèle à la tradition mais résolument plus rock, moderne et engagé.

C’est Alan Stivell qui l’amorce. Lui le multi-instrumentiste, il réintroduit la harpe celtique en Bretagne et devient célèbre grâce à son album « Renaissance de la harpe celtique », un disque culte à l’époque. Parmi ses musiciens, on compte des artistes tels que Dan Ar Braz ou Gabriel Yacoub (Malicorne).

Dans les années 80, alors que le mouvement folk s’essouffle, Alaln Stivell continue à créer, à composer. Il est même invité sur un album de Kate Bush.

Au début des années 90, il renoue avec le succès avec un album de reprises de son répertoire avec des invités de marque. Il est à l’origine de la seconde vague de popularité de la musique celtique. Si les années 2000 voient l’introduction de sonorités plus contemporaines (électroniques), le début de cette décennie est l’occasion de sortir un best of et, pour les quarante ans du concert historique de 1972, un CD bonus remasterisé du concert.

À vrai dire, ce CD bonus est moins convaincant que le Best Of. Mais c’est un morceau d’histoire…

Pour ce Best Of, on ne peut éviter Tri Martelod (celui dont Manau s’est inspiré pour la tribu de Dana), la Suite Armoricaine, Brian Boru ou Mna na-hEireann (si, si, vous le reconnaitrez à l’écoute).

Pop-Linn et Ian Marrisson Reel étaient déjà d’époustouflants instrumentaux, très rock, à l’instrumentation variée – créé en 1971 et 1973 !

Et puis quelques joyaux comme La Mémoire de l’Humain, plein d’une atmosphère moderne et électro et à la fois proche des chants traditionnels originaux. Et aussi, A United Earth qui présente un duo avec Youssou N’dour.

Plus modernes encore Let the Plinn, sorte de rap celtique, ou le déstabilisant Miz Tu, mélange d’électro et de chant breton.

Cet album est vraiment une compilation remarquable, tant par ses qualités sonores que musicales. Que nous prépare encore Alan Stivell pour les prochaines décennies ? DM

(Disponibilité de ce CD)

Dimanche 13 mai 2012, 11H00 : 4ème RDV dans le discobus 4: Marc MORGAN – Guillaume DUTHOIT

CHANSON FRANÇAISE

Guillaume Duthoit, conseiller d’achat à la Médiathèque pour la Chanson Française, plonge dans l’humour et l’inventivité sans limite des jongleurs de la langue française. Charles Trenet, Bobby Lapointe, Serge Gainsbourg, David Mc Neil et plein d’autres, ces paroliers chanteurs ont trituré et malaxé le français jusqu’à le rendre méconnaissable. Allitérations, virelangue, contrepèteries et jeux de mots, que Guillaume habille avec sa guitare, sobre et efficace, ont sidéré et fait rire le public.

Marc Morgan, chanteur hutois bien connu des amateurs de chanson et de rock, revisite son histoire, musicale ou pas, évoquant tant François Béranger et Neil Young, qu’Eddy Merckx. Il a fait revivre, le temps de cette rencontre, avec un brin d’attendrissement et d’humour, les personnes et les groupes, parfois joyeusement iconoclastes, qui ont jalonné sa vie d’artiste, comme les Révérends Du Prince Albert, ou les Tricheurs. Il a aussi raconté comment et pourquoi il a été amené à créer le label Freaksville : passionnant et éclairant. Et un petit set acoustique pour terminer en beauté, la rencontre a été chaleureuse et mémorable. ML

Discographie de Marc Morgan

Discographie de Guillaume Duthoit